Image
Top
Navigation
12 décembre 2013

5 ananas de pierres frangés de flammes

« 5 ananas de pierres frangés de flammes »

C’est ainsi que Paul Claudel voyait Angkor Vat … Ces mots, 3 ans après notre découverte de cette merveille du monde, me replongent dans mes lectures d’adolescence.

Allez savoir pourquoi ? Je retrouve dans notre bibliothèque mon livre préféré de l’époque, La condition humaine et une citation que j’avais soulignée :

« Vivons-nous pour nous ? Nous ne sommes rien. Nous vivons pour l’Etat dans le présent, pour l’ordre des morts à travers la durée des siècles … »

Pourquoi ce souvenir à ce moment-là ? Peut-être parce qu’André Malraux a longtemps séjourné au Cambodge où il a même été accusé de pillage. Mais c’était dans le temple Beantey Srei et j’en parlerai dans mon prochain article.

Peut-être aussi parce que la majesté du site d’Angkor Vat  évoque la condition humaine. Ce site qui a été construit pour être un temple funéraire a vu passé des générations et des générations de moines, de serviteurs, de danseuses, de croyants et maintenant il voit défiler des milliers de touristes chaque année qui prennent en photos sous tous les angles les fameux ananas !

La comparaison avec les ananas est quand même drôle et assez juste … Il est vrai que l’oeil occidental doit s’habituer à une architecture non parfaite, pas forcément symétrique car pour les Khmers, cela importe peu, Angkor Vat doit se voir comme la traduction d’une idée spirituelle et d’une force supérieure aux simples préoccupations esthétiques.

Maurice Glaize (que j’ai cité précédemment dans l’article sur le Bayon) explique très bien cela.

Il est important de savoir aussi qu’Angkor Vat est le seul monument au monde à être reproduit sur un drapeau, celui du Cambodge.

Cambodge 2010

Drapeau du Cambodge

Angkor Vat date du début du XIIème siècle, l’époque de la construction de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il a fallu 37 ans pour le construire. Sûryavarman II, le roi qui ordonne sa construction, était un roi hindouiste qui vénérait Vishnu.

Les murs d’enceinte symbolisent la chaîne de montagnes où se trouve le mont Meru qui est la maison des dieux dans la civilisation hindoue. Il fait face à l’ouest car c’est un temple funéraire.

Les 5 « tours ananas » symbolisent les 5 sommets du mont Meru et les 4 bassins, les 4 fleuves qui descendent de l’Himalaya : le Mékong, le Gange, l’Indus et le Brahmapoutre.

Angkor Vat

Angkor Vat

On peut admirer sur 800 m de long des fresques qui retracent la mythologie hindouiste. Sur 60 m, est expliquée la fameuse bataille de Ramayana dont j’ai déjà parlé dans les articles sur le Palais Royal de Phnom Penh et sur celui de Bangkok.

Malheureusement, la salle aux 1000 bouddhas a été pillée mais on imagine combien elle devait être grandiose.

Autre évènement marquant d’Angkor Vat : sous le régime des Khmers rouges, 1500 personnes se sont réfugiées dans son enceinte … pas étonnant que ce lieu évoque chez moi la condition humaine … à méditer.

Comments

  1. J’ai été fascinée par la grandeur du temple d’Angkor Vat, le plus grand des temples d’Angkor et par la beauté de ses bas-reliefs, notamment ceux représentant les apsara, des danseuses célestes. Mais j’ai été davantage marquée par la visite du Bayon et de ses incroyables tours-visages, et par la découverte de Ta Prohm et ses gigantesques arbres unis à la pierre.

Submit a Comment

Posted By

Categories