5 jours en Suisse : plénitude à Crans Montana

18 FEVRIER : EN ROUTE VERS CRANS MONTANA

Train de Paris à Lausanne le 18 février, puis changement de train à Sierre et car jusqu’à Crans Montana: un long voyage comme je les aime car il permet détente et lecture.

Surtout lorsque l’on peut confier son véhicule à un voiturier Ector en arrivant aux parkings de la gare de Lyon, que l’on sait qu’il sera entre de bonnes mains et même lavé, garé et pile à l’heure à notre retour : l’assurance de zéro stress ! Un souci en moins également pour les voyageurs qui arrivent un peu au dernier moment à la gare. Bref, une invention ingénieuse à tester absolument.

En arrivant à Crans Montana, nous déposons nos bagages à l’école de ski suisse, puis nous allons louer des skis. En effet, notre hôtel, le chetzeron, se trouve au milieu des pistes … donc, on y arrive en télécabine.

Enorme masse de pierres dans cet univers tout blanc, il paraît bien mystérieux. On dirait qu’il a été posé là comme ça, gigantesque vaisseau venu d’une planète inconnue.

Roger Moore ou Michèle Morgan possédaient un appartement à Crans-Montana, jolie station de ski située dans la partie francophone du Canton du Valais.

Cette station s’est développée à la fin du XIXème siècle et elle est réputée pour son grand ensoleillement et son climat quasi-méditerranéen.

Pourtant, c’est sous un brouillard épais que nous arrivons. La visibilité est faible mais nous finissons par arriver dans un hôtel exceptionnel : grands espaces design, très classe et zen !

Chambre spacieuse avec vue sur les Alpes. Les montagnes à l’horizon sont à la fois réconfortantes mais parfois un peu angoissantes quand la baisse de la luminosité les transforme en de grosses masses grises.

Baignade dans la piscine sur le toit de l’hôtel : l’eau est à 33° mais c’est tout de même vivifiant à 2 112 mètres d’altitude, sachant qu’il faut marcher dans la neige pour rejoindre le bassin ! J’adore !

Sauna. Coucher de soleil. Apéro. Repos avant le ski.

LE 19 FEVRIER, JOURNEE DE SKI AU SOLEIL

La station est beaucoup moins fréquentée que les stations françaises et donc beaucoup plus reposante.

Déjeuner sur les pistes dans un petit chalet de montagne avec raclette faite sur place en plein air et délicieuse tarte aux pommes.

La journée est magique avec la sensation de liberté sur les pistes mais un peu froide en fin de journée.

LE 20 FEVRIER, PLUS DIFFICILE

Le 20 février, les conditions météo sont plus difficiles avec des nuages, du vent et le froid qui finit par pénétrer sous les vêtements mais c’est quand même très très bien.

LE 21 FEVRIER

Nous répétons le même scénario le 21 février avec de nouveau la raclette en plein air car le beau temps est revenu.

RETOUR LE 22 FEVRIER

Le 22 février, le retour hélas avec une descente mémorable à pieds jusqu’au bus car les pistes sont gelées et sans ski, c’est juste casse-gueule ! L’horreur mais nous finissons indemnes … back to Paris!

On récupère la voiture aux mains d’Ector : un pur plaisir !