Singapour : condensé d’Asie

Nous passons 2 jours à Singapour en escale vers le Vietnam. Singapour est  la 3ème place financière d’Asie. On imagine que les gratte-ciels abritent les bureaux de nombreuses sociétés financières prospères et de banques.

QUELQUES CHIFFRES ET QUELQUES ELEMENTS HISTORIQUES ET POLITIQUES

Singapour compte 5 millions d’habitants. La population est multiethnique avec 15 % de malais (qui sont les 1ers habitants de l’île), 75 % de chinois (de loin les plus nombreux), 7 % d’indiens et 3 % représentant diverses nationalités en provenance d’Asie ou d’autres parties du monde.

L’immense port de Singapour nous impressionne. Les containers entassés les uns sur les autres nous fascinent. Ils contiennent certainement des biens manufacturés en Chine qui vont envahir le marché occidental.

Le port
Le port et les containers

La ville-Etat est en effet une des plus vastes plateformes commerciales au monde. Son économie est très ouverte : les échanges extérieurs sont l’équivalent de 3 fois le PIB.

Vue sur la ville
Vue sur la ville

Singapour est aussi une ancienne colonie anglaise. Elle est devenue indépendante en 1965 après avoir fait partie de la fédération malaise entre 1963 et 1965.

Thomas Stamford Raffles (d’où le nom du célèbre hôtel : Cf. article précédent) a pris possession de l’île qui appartenait alors à la Malaisie pour le compte de l’Angleterre en 1819. Son objectif était d’en faire un comptoir commercial pour concurrencer les hollandais installés en Indonésie.

Les chinois et les indiens sont arrivés à Singapour pour devenir les domestiques des anglais.

Elle est pendant longtemps le 2ème port de l’Asie derrière Hong Kong.

Il est intéressant de noter qu’en 1942 le Japon s’empare de Singapour.

C’est aujourd’hui une démocratie parlementaire très stable. On entend parler du dynamisme économique de l’île mais quasiment jamais du gouvernement de cette cité-Etat.

LITTLE INDIA

Nous visitons Singapour à pied en commençant par le quartier Indien qui se trouve dans le district de Chulia Kampong.

Il ne faut pas s’attendre à plonger dans l’atmosphère de Delhi décrite dans un article de ce blog ou bien dans celle de Bombay du très beau film « The lunchbox » de  Ritesh Batra.

On se trouve dans une des villes les plus propres au monde et donc Little India est très aseptisée.

Néanmoins, tout rappelle l’Inde : les temples qui pour certains datent du XIXème siècle quand les Indiens ont commencé à investir le quartier, les restaurants dans lesquels on voit les clients manger avec les doigts, les odeurs des épices, les boutiques de saris et de tissus multicolores, les marchands de fleurs et de bijoux.

Pour moi qui rêvait d’Inde dans les livres, c’est une 1ère approche de ce pays fascinant qui m’a encore plus donné envie d’y aller.

CHINATOWN

Tout près de Little India se trouve Chinatown qui regroupe la plus grande communauté de la ville.

Dans ce quartier, l’ancien cohabite avec le moderne et on peut admirer des pagodes au milieu des gratte-ciels.

Il y a beaucoup de maisons à un ou deux étages avec le rouge comme couleur  dominante.

Nous déambulons dans un immense marché sur lequel il est possible de voir à la fois les derniers gadgets bon marché en provenance directe de Chine et des meubles d’époque vraiment très beaux.

Là encore, comme à Little India, tout est extrêmement propre et ordonné.

Singapour est une sorte de Suisse asiatique, un tout petit pays très riche et très soigné.

L’avantage est qu’on s’y sent bien : on peut profiter du charme de l’Asie et on trouve tout dans les centres commerciaux qui fleurissent à chaque coin de rue.

L’inconvénient est qu’on n’est pas très dépaysés.

Toutefois, c’est une belle escale reposante avant la frénésie, le bruit et les couleurs des pays d’Asie du sud est.


Inscrivez-vous à la Newsletter.

Plus de récits de voyages

Privacy Preference Center