Deux semaines au Laos : Vientiane, une capitale méconnue

5 et 6 août 2018

 

Après un mois de juillet très chargé et très chaud, se retrouver dans la salle d’embarquement pour Bangkok est comme un aboutissement, voire un soulagement. J’ai la certitude que les 4 semaines de voyage à venir vont être enrichissantes et je mesure ma chance de partir.

L’énorme A380 de la compagnie Thai Airways s’élève au-dessus de Paris. Cap plein est pour 12 heures vol. Lecture, sieste dans une atmosphère reposante.

Nous arrivons le 6 août au matin à Bangkok et prenons un deuxième avion en correspondance pour Vientiane. Les choses se précisent.

ARRIVEE A VIENTIANE

Arrivée dans un petit aéroport à l’échelle du pays. Le Laos, à l’histoire récente tumultueuse compte seulement 7 millions d’habitants et la capitale seulement 500 000.

Nous nous installons au Mandala Boutique Hotel, une charmante maison avec de jolies chambres dans un style colonial.

Les carreaux de ciment des parties communes sont dans leur jus. De jolies statuettes de Bouddha et de moines dans un style local apportent beaucoup de cachet à ce modeste hôtel.

La chaleur étouffante et sèche de Paris a laissé la place à une moiteur typique de la mousson. Mais peu importe. Nous sommes loin et nous allons découvrir un nouveau pays au charme fou.

Après une petite sieste bien méritée, nous marchons en direction du palais présidentiel sur la rue Setthathirath et nous trouvons un petit restaurant tout ouvert pour le déjeuner. Premier plat de riz et légumes à la mode laotienne.

WAT SISAKET

Visite du Wat Sisaket, « le cheveu sur la tête », qui date de 1818. Il enferme de nombreuses statues de Bouddha que l’on peut admirer deux par deux dans de petites alcôves ou bien au sol et tout autour du cloître.

Certaines sont en terre cuite, d’autres en bois ou en bronze. Pour qui aime les Bouddhas, ce lieu est un vrai paradis et il faut se retenir de ne pas se servir !

Le sim, le sanctuaire au centre du site, a un toit à cinq pans, typique de l’architecture thaïe. C’est pour cela qu’il a été épargné lors du sac de la ville par les siamois en 1827. A l’intérieur, de belles peintures anciennes figurent la vie de Bouddha.

Le lieu, paisible, permet une bonne introduction dans ce petit pays.

PATUXAI

Ensuite, nous prenons un tuk-tuk pour rejoindre Patuxai, un arc de triomphe inspiré de la mythologie laotienne en l’honneur des morts des différentes guerres. Le temps est un peu gris et nous reviendrons demain.

LE MEKONG

Nous finissons l’après-midi au bord du Mékong en déambulant sur le marché de vêtements et en admirant les petits restaurants mobiles.

Les gens flânent près de l’immense fleuve qui sert de frontière avec la Thaïlande.

La fatigue gagne après la nuit passée dans l’avion.

Dîner à « La Terrasse » et nuit très attendue.