Deux semaines en Islande : route pluvieuse vers Budir

Chaque hôtel met en place son dispositif Covid pour le petit déjeuner et celui du Tindastoll à Saudakrokur se traduit en une collation très succincte. L’avantage est que l’on ne s’attarde pas ! Hop, c’est reparti !

Nous prenons la route en direction de Budir, plein ouest, avant dernière lieu du voyage, où nous resterons deux nuits afin de profiter du parc du Snaefellsjökull.

Temps épouvantable, pluie forte, vent, on dirait que la voiture va s’envoler. Cette étape est assez longue : plus de trois cents kilomètres.

 

Borganes

 

Nous faisons une halte à Borganes pour un déjeuner au chaud. Nous en profitons pour visiter le Settlement Center où deux expositions interactives expliquent l’histoire de l’Islande.

La première se concentre sur le peuplement du pays avec l’arrivée des Vikings de Norvège grâce aux progrès de la construction navale. Elle montre également comment la première démocratie du monde fonctionnait autour de l’Alping.

La seconde est plus difficile à suivre pour les étrangers car il s’agit d’une immense saga islandaise du XIIème siècle et on se perd un peu. Les noms des protagonistes sont compliqués et on ne sait plus qui est qui.

 

 

 

 

 

Budir

 

Route vers Budir. Avec le temps extrêmement gris et la visibilité réduite du fait de la pluie, on a l’impression de se rendre au bout du monde.

Bientôt, un très bel hôtel, seul bâtiment au bord de l’océan, se dessine à l’horizon. A côté de lui, une charmante église peinte en noir date de 1847.

 

 

 

L’intérieur est cosy avec feu de cheminée, plaids et couvertures en fausse fourrure.

Petite balade de l’après-midi avec les moutons.

Dîner à l’hôtel : pas trop le choix mais c’est délicieux !